Perdre du poids? Qu’est ce qui est le plus important?

Chaque personne qui cherche à perdre du poids  se posent cette question, “Qu’est-ce qu’il faut faire pour perdre du poids ?”

 

Qu’est-ce qu’il faut regarder ?

 

Les calories que nous consommons ?

Les calories que nous brûlons ?

Ou les hormones qui régulent notre corps, comme l’insuline ?

Peut-être qu’une bonne question serait : Quelle est la meilleure façon de perdre du poids ?

Si on regarde la tendance actuelle. La majorité des gens se concentre principalement sur les calories – d’une manière ou d’une autre – et évite les graisses dans leur alimentation.

 

Même l’industrie agro-alimentaire préfère que nous concentrons sur les calories que nous mangeons et le moins de gras dans notre alimentation.

 

Et ces recommandations sont les mêmes depuis 30 ans.

 

Manger moins de gras et manger moins de calories. Si vous voulez éviter de prendre du poids ou si vous voulez perdre du poids.

 

Et pourtant, le nombre de personnes en surpoids ou qui souffrent d’obésité n’a pas arrêté d’augmenter.

 

Si on regarde l’évolution de l’homme. Elle s’est faite sur des millions d’années.

 

La transformation de notre corps et de nos gènes s’est faite durant une longue période de temps. Mais l’épidémie du surpoids et de l’obésité que nous connaissons aujourd’hui n’a pas pris autant de temps, en réalité il a suffit d’une quarantaine d’année.

 

Comment est-ce possible ?

 

Des millions d’années d’évolution pour arriver à un corps humain optimal et une quarantaine d’années pour arriver à un corps plus gros et malade.

 

Il suffit de regarder l’évolution de l’obésité sur les 40 dernières années dans les pays développés ou en voie de développement, pour prendre conscience de l’ampleur de la crise.

obésité dans le monde - perte de poids

À tel point que le surpoids et l’obésité soient devenu quelque chose de “presque” normal.

 

Et même les enfants sont affectés aussi.

 

Je suis surpris, de la réponse des gouvernements face à une telle épidémie quand on voit les efforts déployés pour d’autres causes.

  • 2,8 millions de décès dus à l’obésité chaque année ou bien 6 850 morts par jour, soit la 5ème cause de mortalité au niveau mondial et la troisième dans les pays riches
  • Le surpoids concerne 1,4 milliard de personnes de 20 ans et plus dans le monde (estimations mondiales de l’OMS).
  • Si les tendances actuelles continuent d’ici 2015 environ 2,3 milliards d’adultes seront surpoids et plus de 700 millions obèses. D’ici 2030, le nombre de personnes en surpoids  devrait atteindre 3,3 milliards.
  • L’ampleur du problème de l’obésité a un certain nombre de conséquences graves pour les particuliers et les systèmes de santé gouvernementaux.
  • L’obésité et le surpoids sont devenus un problème mondial dans dans la dernière décennie – selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en 2005 environ 1,6 milliard adultes sur l’âge 15++ faisaient de l’embonpoint, au moins 400 millions d’adultes étaient obèse et au moins 20 millions d’enfants âgés de moins de 5 ans faisaient de l’embonpoint.
  • 500 millions de diabétique de type 2

 

Depuis les années 80, le nombre de personnes obèses a triplé. On ne peut pas imaginer que c’est un problème génétique. Puisque tout le monde ne devient pas en surpoids ou obèse, de la même manière ou au même moment.

 

L’explication la plus simple serait de dire : les gens mangent plus de calories qu’ils n’en brûlent, n’est-ce pas ?

 

Cette hypothèse est assez simpliste, non ?

 

Elle est assez simpliste parce que c’est ce que l’industrie agro-alimentaire, en particulier ceux qui fabriquent de la malbouffe, veulent absolument nous faire croire.

 

Ils veulent tellement nous faire croire cela qu’ils dépensent des milliards pour nous en convaincre, parce que cela les rend innocent.

 

Cela les rend innocent parce que finalement, nous devenons la cause du problème.

 

Nous ne brûlons pas assez parce que nous ne bougeons pas assez.

 

Essayons de comprendre comment ils le font. La première chose à faire est de trouver un coupable. Si on considère que le surpoids ou l’obésité n’est pas due aux produits (en)riches en glucides, comme les boissons gazeuses, alors c’est la faute à qui ?

 

Alors la cible la plus simple est les calories. Non?

 

Si nous accusons les calories, alors manger une salade ou boire une boisson gazeuse présente le même risque de nous faire grossir si ils ont tous les 2 le même nombres de calories, non?

 

Sauf que le bon sens vous dit que boire une boisson gazeuse tous les jours a plus de chance de vous faire prendre du poids qu’une salade.

 

Alors les calories sont le coupable parfait, non ? Maintenant, il n’y a pas de marque que l’on appelle “calories”, ni de produit, ni de personne, ni d’aliment. Et oui les calories sont sans défense.

 

Voilà pourquoi on parle de dépenser plus. Parce que c’est plus facile de rejeter la faute sur nous. Si vous êtes en surpoids, c’est de votre faute, pas celle des fabricants de malbouffe.

 

Vous voyez le problème n’est pas le sucre que vous avez consommé, mais vous qui n’êtes pas assez actif.

 

Je pense que cette idée est ridicule.

 

Les aliments que nous consommons affectent notre corps de différentes façons et traversent des différentes voie métaboliques. Par conséquent le type d’aliment que nous consommons est aussi important que la quantité de calorie que nous consommons.

Qu’est-ce qu’une calorie?

Une calorie c’est une unité de mesure de l’énergie : “1 calorie est la quantité d’énergie nécessaire pour augmenter la température de 1 gramme d’eau d’un degré Celsius”.

 

La mesure officielle de l’énergie est Joule. 1 calorie à 4.184 joules

 

Ce que nous appelons généralement “calories” sont en fait des kilocalories (Kcal).

 

Mais qu’est-ce-que l’on entant par “énergie”?

 

“L’énergie est la capacité d’un système à travailler”.

 

Le corps humain à besoin d’énergie pour se déplacer, respirer, penser, contracter le coeur, maintenir les gradients électriques sur les membranes cellulaires etc …

 

Sur un plan moléculaire, le corps fonctionne avec un ensemble de réactions chimiques énormément complexes. Ces réactions chimiques nécessitent de l’énergie, c’est là qu’interviennent les calories.

 

Comment sommes-nous passé d’un corps optimal qui a pris des millions d’année pour évoluer au corps plus gros et malade que beaucoup  d’entre nous ont aujourd’hui.

Qu’est-ce qui c’est passé il y a 60 ans ?

Ancel KeysSuite au rapport d’Ancel Keys, le père de la théorie sur les graisses, la grosse arnaque sur le cholestérol et les maladies cardio-vasculaire. Une large campagne a été lancé pour apprendre aux Américains à avoir peur du gras.

 

Des aliments comme les oeufs ou le bacon sont devenus des dangers publics, parce que selon Ancel Key, ils seraient responsable de l’augmentation du cholestérol dans le sang, ce qui conduirait à des maladies cardio-vasculaire.

 

Les médias ont continué à relayer cette information, qui n’était en fait que de la pure théorie, sans aucune preuve réelle.

 

Aujourd’hui nous savons que certains des “experts” sont payés pour fournir des rapports en faveur de cette théorie.

 

Tout cela était une erreur, ce sont des conseils qui ne servent pas et n’empêchent pas de développer des maladies cardio-vasculaire.

 

Mais le pire, c’est que depuis cela, nous avons adopté une alimentation faible ou allégé en graisse. La réalité c’est qu’en diminuant nos apports en gras, nous avons finit par augmenter nos apports en glucides (sucre). Notre corps a besoin d’énergie, soit nous lui apportons des lipides (gras) ou des glucides (sucre).

 

Le problème c’est que nous n’avons pas seulement remplacer le gras par plus de végétaux ou de protéine, mais par plus de sucre, surtout du “mauvais” sucre. 

junk food qui vous empêchent de perdre du poids

Tous ces aliments à sucre simple, qui vont directement dans notre sang, qui augmentent notre taux de glucose et finissent par augmenter notre taux d’insuline, hormone responsable de stocker des graisses.

 

Cela se résume à : Brûler des glucides maintenant et stocker des graisses pour plus tard.

 

Cela peut conduire au surpoids et à l’obésité plus tard.

 

Si on regarde le problème de l’insuline en détails, on constate que les personnes en surpoids ou obèse ont un taux d’insuline dans le sang plus élevé que les personnes minces.

 

La façon la plus simple d’augmenter notre taux d’insuline est de manger tous ces produits riches en sucre rapide.

 

Je pense qu’aujourd’hui, il n’y a aucune controverse sur le fait que ces produits soient la cause N#1 du surpoids et de l’obésité.

 

Si une alimentation riche en glucides augmente notre taux d’insuline, et nous fait prendre du poids.

 

Alors est-ce qu’une alimentation faible en glucides nous permet de diminuer notre taux de sucre dans le sang et nous permet de perdre du poids ou nous empêche d’en gagner?

 

Est-ce que cela a du sens ? Si vous éliminez tous ces produits riches en glucides de votre alimentation, et que vous mangez autant que vous voulez d’aliments faibles en glucides, vous pourriez perdre ou mieux contrôler votre poids.

 

Ce serait la façon la plus simple de diminuer votre taux d’insuline, ce qui devrait être effectif pour perdre du poids.

 

Mais, si perdre du poids est juste une question de – compter des – calories.

 

Alors pourquoi les gens continues à prendre du poids ?

L’autre bonne question que l’on devrait se poser est : Qu’est qui fait que nous prenons du poids ?

C’est d’ailleurs le premier problème, la plupart des gens n’ont aucune idée de pourquoi ils prennent du poids.

 

La raison pour laquelle on ne se pose pas cette question, c’est parce que cela nous paraît évident de penser que nous mangeons trop de calories et que nous ne brûlons pas passez. N’est-ce pas ce que l’on nous a répété!

 

Cette façon de penser est généralisée parmi les médecins, les diététiciens et autres professionnels de la santé.

 

“Manger moins de calories, diminuer vos portions et bougez plus”.

 

  • Alors nous avons mis en place des outils pour compter les calories.

 

  • Nous avons mis en place des étiquettes permettant d’informer sur les calories, pour que nous,  les consommateurs, puissions savoir combien de calories nous consommons.

 

Le problème avec cette approche, c’est que ça ne marche pas. Suffisamment de personnes ont essayé cela pour savoir que ça ne marche pas sur le long terme.

 

Ce qui revient à dire que simplement diminuer les calories ou les compter ne réduit pas le problème du surpoids ou de l’obésité et ne résout pas la cause.

 

Voilà pourquoi la majorité des personnes  qui utilisent les calories  comme seul indicateur ou qui les comptent pour perdre du poids ou pour stabiliser leur poids sont vouées à l’échec.

 

Parce que leur compréhension sur le surpoids ou ce qui cause l’obésité est basé sur de fausses promesses.

 

Si vous pensez que ce sont uniquement les calories, qui font que vous devenez gros, alors vous allez vous concentrer sur les calories.

 

La réalité c’est que les calories n’ont rien avoir avec le surpoids ou l’obésité.

 

Prenons un exemple, si vous manger 3 tranches de pain de mie (sans beurre ou pâte à tartiner) vous avez à peine 150 calories.

 

Rien de grave pour une collation, me direz-vous.

 

Le problème c’est que des aliments comme le pain de mie sont riches en glucides et en sucres qui affectent notre hormones, en particulier l’insuline, l’hormone principale qui stocke les graisses.

 

Voici quelques exemples d’aliments qui vous apportent 50 gr de glucides.

50 gr de glucides

Un adulte n’a besoin que de 50 gr de glucides par jour pour maintenir un bon état de forme et de santé, surtout si vous êtes peu active, ou même en ayant une activité physique de moins de 20 mns.

 

Bien sûr si vous êtes un athlète et que votre objectif, c’est la performance. Vous devez adapter vos besoins en glucides en conséquences et penser à la qualité de ces glucides, en privilégiant les glucides complexes.

 

Mais, je m’adresse principalement à des personnes qui veulent perdre du poids.

 

Si vous considérez que les calories sont juste ce que vous avez besoin de connaître, alors “une calorie est une calorie”, cependant, votre corps utilise les calories de façons différentes.

 

Dans le cas de nos 3 tranches de pain de mie avec à peine 150 calories ou tout autre snack du même genre, l’effet sur votre corps sera simple, une augmentation de l’insuline.

 

Maintenant si vous mangez 100 calories d’un aliment faible en glucides, comme de la viande, du poisson, des oeufs, de l’huile d’olive, ou de l’avocat, vous aurez pratiquement aucun effet sur l’insuline.

 

En conclusion, il est plus facile de prendre du poids avec 100 calories de pain de mie que 100 calories d’avocat.

 

Pourquoi ?

 

Parce que c’est une question d’hormone et non de calories.

 

Notre corps n’est pas une machine à compter des calories et encore moins une balance qui compte le nombre de calories consommées et dépensées.

 

Voilà pourquoi l’industrie de la malbouffe préfère que l’on ne s’intéresse qu’aux calories. Il est plus facile de se dire :

 

“Je peux toujours me faire plaisir en mangeant ce sandwich ou ce snack, ou ce menu fast-food, parce que je pourrais toujours sauter le prochain repas, pour éviter de manger trop de calories”

 

Et honnêtement, il n’y a pas de plus grosse connerie ! !

 

Le problème c’est que ces “aliments”, je devrais dire produits, affectent notre corps en stimulant notre taux d’insuline, l’hormone qui nous fait stocker les graisses.

 

Par contre si vous manger une assiette de légumes vert, de salade avec de l’huile d’olive et du poulet, vous aurez probablement la même quantité de calories, ou peut être plus, mais pas le même effet sur l’insuline ou sur d’autres hormones.

Les aliments affectent nos hormones de différentes façons

Maintenant que vous savez qu’une “calorie n’est pas une calorie” et qu’elles ne sont pas créées égales. Ce qu’il faut comprendre c’est comment ces macro-nutriments (protéine, glucides et lipides) traversent différentes voies métaboliques.

 

On va utiliser le fructose et la protéine en exemple.

Le fructose

Le fructose, quand il entre dans le foie, se transforme en glucose et peut être stocké sous forme de glycogène.

 

Mais si le foie est plein de glycogène, alors il est transformé en graisse, qui est ensuite envoyé dans d’autres parties du corps, comme le ventre ou dans le foie.

 

Consommé en excès, il peut provoquer une résistance à l’insuline, ce qui augmente les niveaux d’insuline dans tout le corps. Comme, vous le savez déjà, l’insuline entraîne un gain de masse grasse.

 

Le fructose aussi ne s’enregistre pas de la même manière que le glucose et n’a pas le même impact sur la satiété. Le fructose ne diminue pas l’hormone génétique de la ghréline.

 

Alors 100 calories de fructose augmente votre insuline à long terme, ce qui conduit à des niveaux plus élevés de ghréline et à une plus d’appétit.

La protéine

Maintenant, vous avez 100 calories de protéines. Environ 30 % des calories dans la protéine seront consacrées à se digérer, car la voie métabolique nécessite de l’énergie.

 

Les protéines augmentent également la satiété et le métabolisme et sont aussi utilisés pour construire des muscles, qui sont des tissus métaboliques actifs qui brûlent  des calories 24 heures sur 24.

 

De toute évidence, 100 calories de fructose auront des effets complètement différents sur le corps que 100 calories de protéines de qualité.

 

Alors une calorie n’est pas une calorie.

 

Le fructose entraîne une consommation accrue d’énergie par rapport aux protéines, à cause de ses effets sur les hormones, le corps et le cerveau.

 

Boire une boisson gazeuse tous les jours pendant 5 ans aura un effet très différent sur le corps à long terme, par rapport à manger les mêmes calories comme des oeufs.

Comment les fabricants de malbouffe se moquent de nous ?

Faisons une petite expérience. Prenez des aliments comme de la viande rouge, ou du blanc de poulet et un café frappé de chez Starbucks, de calories équivalents.

 

Auriez-vous plus de chance de vous sentir rassasié avec le poulet ou le café ?

 

Avec les protéines, vous aurez de grande chance de vous sentir rassasié. Alors qu’avec le café frappé, vous aurez beaucoup de chance d’avoir faim assez rapidement.

 

Ce qui va vous conduire à manger encore plus – encore plus de calories (lol) – le problème c’est que vous mangerez surtout des glucides.

 

C’est le pouvoir addictif qu’ont ces produits sur nous, l’effet de “récompense”. Comme si nous méritions tous ces glucides.

 

Le contraire avec les aliments naturels, on a un mécanisme de satiété, qui fonctionne avec des hormones comme les peptides.

 

Le problème avec les aliments – pardon ces produits – riches en glucides, c’est qu’ils ne stimulent pas nos hormones de satiété. Alors on est capable d’en manger toujours plus, même-si sur l’emballage, ils semblent être faibles ou raisonnables en calories.

 

Et on peut le voir avec les petits déjeuner (céréales ou biscuit, jus d’orange, toast de pain de mie avec de la confiture), quelques heures après on a déjà faim.

 

Alors qu’est-ce qu’on fait, on remange une petite collation faible ou modéré en calories – produits riches en glucides -.

 

Voilà pourquoi compter des calories est une mauvaise idée.

 

Il y a une différence entre les calories que vous consommez et leur effet sur une hormone comme l’insuline.

Alors si, se concentrer ou compter les calories est inefficace, alors que faire  ?

La première à chose à faire c’est de mieux comprendre ce qui nous fait grossir. En principe vous devriez avoir une bonne idée maintenant.

 

Si on comprend mieux ce qui nous fait grossir, on peut agir et changer ses habitudes et développer une stratégie pour nous permettre d’éviter de prendre ou de perdre du poids.

 

Par contre, si vous ne comprenez pas ce qui vous fait grossir, vous êtes voué à l’échec.

 

Le surpoids ou l’obésité, ne sont pas juste un déséquilibre calorique.

 

Moins de calories consommées – Plus de calories dépensées.

 

Et si, ce qui nous faisait grossir était plutôt un déséquilibre hormonal, comme l’insuline.

 

Tout ce qui fonctionne dans notre corps fonctionne avec des hormones.

 

Croire au modèle de Moins de calories consommées – Plus de calories dépensées ne résout pas la cause du problème.

 

Ensuite, je pense que plutôt que de se concentrer ou de compter des calories, on devrait se concentrer sur ce que l’on mange et regarder notre alimentation en général.

 

En mangeant de vrais aliments, les moins transformés possibles et surtout faible en glucides.

 

Et d’éviter tous les aliments – pardon les produits – qui stimulent notre niveau d’insuline.

 

Personnellement, j’ai fait un choix, d’avoir une alimentation faible en glucides et plus riches en bons gras et de pratiquer le jeûne intermittent.

 

Ensuite le focus devrait être d’avoir une alimentation nous permette de perdre du poids une fois pour toute, sans être dans une logique de régime, “manger moins et bouger plus”. L’idée n’est pas de perdre du poids juste pour les mois prochains, ou l’année prochaine, mais pour la vie ou de faire beaucoup de sport pour perdre du poids.

 

Après si vous voulez toujours compter quelque chose, essayer de comprendre d’avantage vos macros (protéine, lipide et glucide) et de les suivre durant une certaine période.

 

Pour cela, je vous propose d’utiliser un calculateur  TDEE (Total Daily Energy Expenditure) pour connaitre votre dépense total d’énergie quotidienne.

 

D’un autre côté, nous ne sommes pas des robots.

 

Nous ne prenons pas de décisions sur notre comportement sur la base de calculs mathématiques. C’est contre notre nature.

 

Nous prenons des décisions à partir de nos émotions, sur comment nous sentons et ce que nous voulons. La partie logique de notre cerveau a très peu de contrôle sur la part émotionnelle. C’est d’ailleurs ce sur quoi, les fabricants de mal bouffe joue.

 

Certaines personnes appellent cela de la faiblesse, pour cela fait partie de la nature humaine. Changer notre comportement sur la base de décision logique et rationnelle sont parfois impossible.

 

Faire ce genre de changement dans notre vie est souvent difficile, et c’est valable aussi quand on prend la décision de manger moins de calories, ne serait ce que 500 calories de moins.

 

Bien sûr que certaines personnes sont capables de le faire, mais souvent elles ne sont représentatives des personnes en général.

 

Pour les autres, cela peut être un peut plus difficile.

Le bien-être général va au-dela de perdre du poids

L’un des plus gros problème avec “manger moins et bouger plus” ou l’idée des “calories consommées et calories brûlées”, c’est qu’elle ne prend pas en compte l’effet des aliments sur la santé.

 

Le fait est que différents aliments peuvent avoir une variété d’effet sur notre santé.

 

Autre chose à prendre en compte c’est qu’atteindre son poids de forme NE garantie pas d’être en bonne santé.

 

Avoir une alimentation optimale va bien au-dela des calories.

En conclusion

Dire que le poids est juste une question de calories, et de manger moins et bouger plus est complètement faux.

 

C’est une simplification qui ne prend pas en compte le processus hormonal complexe que les différents aliments ont sur notre cerveau et nos hormones.

 

Si vous voulez en savoir plus là-dessus, vous pouvez télécharger mon guide, mes 18 conseils pour perdre du poids sans effort.

 

Si vous avez des questions, vous pouvez les laisser dans les commentaires. Je prendrais le temps d’y répondre.

Simple Text